Get Adobe Flash player
825 2014
987 2015
1 125 2014
1 938 2015

Au 31 décembre 2015, la trésorerie nette ajustée du Groupe s’établissait à 1 938 millions d’euros, comparée à 1 125 millions d’euros à fin décembre 2014.

En termes d’investissements industriels ajustés, nous avons dépensé 272 millions d’euros en 2015, contre 314 millions en 2014, conformément à notre stratégie visant à garder la maîtrise de nos investissements dans le contexte actuel. En lien avec sa volonté de rationaliser et d’optimiser sa flotte, Technip a racheté intégralement à DOF le navire de support de plongée Deep Arctic et cédé le Deep Constructor, un navire polyvalent de construction et de pose sous-marine, devenu vétuste. Nous avons poursuivi nos efforts de réduction des coûts et de restructuration et finalisé au quatrième trimestre la vente de nos centres d’ingénierie d’Anvers en Belgique et de Lagos au Nigeria. En termes d’initiatives de développement, nous avons conclu une alliance exclusive avec FMC Technologies, et créé ensemble Forsys Subsea, une co-entreprise détenue à 50/50. Réunissant les expertises et les compétences des deux groupes, cette co-entreprise entend redéfinir la façon dont les champs sous-marins sont conçus, développés et entretenus. L’un des objectifs est de faire progresser, ensemble, la recherche et développement (R&D) pour aboutir à des innovations technologiques améliorant l’efficacité et réduisant les coûts de développement.

À la fin du quatrième trimestre 2015, notre carnet de commandes s’élevait à 17 milliards d’euros (commandes fermes avec les clients), contre 21 milliards d’euros fin 2014. Ce carnet de commandes reste diversifié, tant sur le plan géographique, qu’en termes de marchés, de clients et de contrats, reflétant ainsi la stratégie de différentiation de Technip dans le contexte actuel. Notre portefeuille de projets nous confère également une bonne visibilité, notamment grâce aux projets qui s’étalent sur plusieurs années, soutenant ainsi le taux d’utilisation des usines et autres actifs du Groupe. En effet, certains projets Subsea comme Kaombo ou Juniper réaliseront leurs opérations en mer après 2016, tandis que la phase de construction de certains projets onshore comme Yamal LNG est prévue pour après 2016.